Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Create an account

Fields marked with an asterisk (*) are required.
Name *
Username *
Password *
Verify password *
Email *
Verify email *
Captcha *
Reload Captcha
Ad Top Header

Les leaders religieux et communicants traditionnels s'impliquent dans la lutte contre les violences faites aux enfants.

C'est un forum organisé ce mercredi, 27 juin 2018 par la Coalition des ONG de Promotion des Droits de l'Enfant en collaboration avec le Secrétariat général aux affaires religieuses grâce à l'appui technique et financier de SAVE THE CHILDREN INTERNATIONAL basé à Dakar . C'est la salle de conférence du centre islamique de donka qui a servi de cadre à cette journée d'échanges. La Convention relative aux Droits des Enfants (CDE) indique dans son article 32, alinéa 1, que « Les États membres reconnaissent le droit de l'enfant d'être protégé contre l'exploitation économique et de n'être astreint à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à sa santé ou à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social ». C' est dans cette optique que la COLTE a réuni les acteurs clés du processus de Promotion et de protection des droits des enfants en République de Guinée. Selon Ibrahima Ly chargé de communication pour le changement de comportement de SAVE THE CHILDREN INTERNATIONAL basé à Dakar, la démarche vise à amener les leaders religieux (chrétiens et musulmans) à assurer une sensibilisation intense dans les lieux de culte (Mosquées et Églises) de Conakry jusqu'à Yomou pour l'abandon des pratiques néfastes à la santé physique et morale des enfants de notre pays. Parmi ces violences, notre interlocuteur a cité entre autres:les punitions corporelles, les mutilations génitales féminines, excision et les mariages précoces qui constituent de nos jours un handicap majeur pour l'épanouissement des enfants en général mais surtout ceux de la Guinée en particulier . Présent à cet forum, Aboubacar sidiki NABE Directeur général adjoint du bureau de stratégies et de développement aux affaires religieuses a demandé aux participants d'être porteurs de messages dans leurs différentes localités. <>.conclu t-il. A souligner que cette formation des leaders religieux et communicants traditionnels s'étendra sur toute l'étendue du territoire national selon les organisateurs. Fallo ELOI.

Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Facebook